Un rucher à la Saisiaz

L’abeille est l’insecte le plus actif dans la pollinisation, c’est elle qui permet la reproduction de plus de vingt mille espèces de plantes. Sans abeilles, que deviendrait le paysage botanique et alors, de quoi les espèces humaines et animales se nourriraient-elles ? Vous connaissez tous la phrase «  Si l’abeille venait à disparaitre, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre. » (Attribuée ou non à Einstein) ce qui est prouvé en tout cas c’est que l’abeille est un marqueur de l’état de notre biodiversité

Considérant, les actions menées par l’ APEC pour la défense de l’environnement et la mise en valeur des patrimoines naturels et culturels de Collonges sous Salève ainsi que sa volonté de promouvoir la Charte Nature en Ville et d’en faciliter son application .

Afin de pérenniser la Charte Nature en Ville de la Communauté de Communes du Genevois souscrite par la mairie de Collonges sous Salève, d’assurer un haut niveau de qualité de vie dans la commune, de préserver et mettre en valeur les espaces naturels.

Vu l’intérêt partagé de promouvoir une apiculture de loisir qui puisse contribuer à préserver et développer la biodiversité, notamment des plantes mellifères.

La mairie de Collonges, un apiculteur Collongeois diplômé de « l’Abeille du Salève » et l’APEC  viennent en ce début de l’été 2017,  de signer une convention pour l’exploitation d’un rucher dans la forêt communale de Collonges sous Salève, au lieu -dit  la Saisiaz.

A côté du rucher

Pour mémoire relire les courriers et actions de l’APEC sur ce sujet . Septembre 2016,  l’APEC a rencontré la Mairie, voici le compte -rendu  de  cette entrevue concernant ce  courrier envoyé en Juillet 2016 puis la  Lettre APEC/Mairie/Nouveaux-Projets/juin 2017  et  le savoir-faire de l’apiculteur.

Ci- dessous, voici quelques passages de cette convention,  plus particulièrement ceux,  concernant le rôle de  l’APEC . En automne 2017, nous communiquerons,  de façon détaillée,  quelles actions  l’APEC  va  mettre en œuvre  pour s’impliquer plus concrètement dans cette démarche.

« Par l’intermédiaire et sous la responsabilité de l’APEC, d’autres personnes intéressées et en cours de formation dans ce domaine  pourront se joindre à l’exploitation de ce rucher dans le but d’assurer un suivi continu des travaux exigés par le rucher tout au long de l’année .

L’APEC facilitera des activités pédagogiques avec la collaboration des écoles et des associations présentes sur Collonges sous Salève concernant le monde des abeilles.  

L’APEC facilitera le développement d’un réseau d’apiculteurs présents sur Collonges sous Salève et autres personnes intéressées par l’apiculture afin de développer les échanges et la promotion de l’apiculture sur le territoire de la commune. »

Abeille en plastique recyclé Tricrochet /APEC

 

 

 

Pour info lisez comment une chercheuse apicultrice a découvert une  larve mangeuse de plastique !

 

 

Et en attendant de nous régaler avec le miel de la Saisiaz , faisons le en pensée avec celui  évoqué par  Jean -Vincent Verdonnet,  poète né à Bossey .

« Le miel en rayons »  : extrait de « Tourne manège » ouvrage disponible à la bibliothèque Paul Tapponnier.
Lecture du texte de J-Vincent Verdonnet
Texte lu lors de la balade bucolique et poétique du 17 Juin 2017

« Chaque année , aussitôt après son prélèvement dans les ruches, notre cousine Perrin nous apportait rituellement sur un grand plat de porcelaine quelques rayons d’un miel qui luisait dans ses alvéoles de cire pâle, avivant en nous les tisons de la gourmandise.

La présence de vergers dans le village, les vignes proches, les acacias, les haies d’aubépine et de prunelliers le long des chemins menant au Salève proposaient  aux abeilles  une provende  délicate et variée, et je ne me souviens pas d’avoir de ma vie, retrouvé la saveur délectable de cet or transparent dont Maman recouvrait avec parciminie  nos beurrées, au retour de l’école.

Avant de manger la tartine, j’en léchais conscienceusement la surface, en imaginant que notre maison était devenue quelque ruche immense où miel et soleil renouvelaient à l’infini les feux croisés de leurs rayons. »